Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)





Mon adresse msn : s0nge_AT_hotmail.com (avec le chiffre 0 à la place de la lettre o)

Pour ceux qui souhaiteraient recevoir régulièrement de mes nouvelles dans ma lettre d'information ...

S'inscrire
Se désinscrire

Consulter mes précédentes newsletters
***
Télécharger les polices de mon joueb en cliquant

***
Si vous souhaitez me laissez un petit mot, un plus long, obtenir des images en taille non réduite (précisez le n° des articles) ou pour tout autre demande ou remarque, cliquez


brigetjones30 : ♥ ♥ ♥ Bonne année!!! Cher Songe...!
Songe : Merci Briget, je t'en souhaite tout autant :)
penseeenvrac : RENCONTE JOUEB [Lien]
Celsius42 : Je reviens ici et je découvre que j'ai un flambant "NEW" rouge à côté de moi, quel honneur :)
Songe : Je te le laisse encore 2 mois et après tu rejoins les dinosaures du dessus :)
Celsius42 : en fait, j'aime bien être le seul avec son petit mot de couleur.
Nina : Juste de passage pour te souhaiter un joyeux anniversaire ...Ça fait plus d'un an que je lis tes écrits, sans laisser de traces ^_^.... Georges Brassens avait raison, "ce qu'il faut de malheur pour écrire la moindre chanson" ! Si le chagrin est toujours trop envahissant, au moins il permet chez certains une belle créativité !!! Je te souhaite de ne pas avoir envie d'écrire trop souvent, sauf si c'est pour nous offrir des élans de joie !!! Si je t'encourage à écrire, jamais je ne souhaiterais que tu sois triste pour arriver à écrire de bien belles choses .
Songe : La plupart du temps les beaux moments se vivent et les tristes s'écrivent, c'est ce qui fait soit regretter l'écriture soit jalouser la vie dans les entre-deux, quand l'intensité n'est là ni pour se vivre pleinement ni pour apporter suffisamment d'inspiration. Mais heureusement il y a le souvenir et le ressenti pour ressusciter les peines et les joies et s'en imprégner suffisamment pour qu'il y ait de l'encre à l'encrier :) Merci d'avoir mis un peu d'encre ce soir dans le mien, ça m'a donné envie de me souvenir que j'aime écrire :)

Réagir :
Nom
Adresse web
Blogroll

Joueb

Vendredi
Alezia
Megalomania
BarJac (suspendu)
Lili-la-tigresse (suspendu)
Antigone
Inola
Blue Light (suspendu)
Ryne (suspendu)
Sunshine
Nyme
Impassesud
Kohva
Choupinette
Shadedly (suspendu)
Gamin
Briget
Castor
Alecska
LSR (un douloureux fake)
Kroline
Exvag
Addy (suspendu)
NikkO
QasU (suspendu)
Pak
Fabinou
Phérine
Vador (suspendu)
Yamael
Aesthyn
Sonsha
Leana
jny
Struggle
Homme de l'ombre
Le monde du veilleur (suspendu)
Le veilleur (suspendu)
Le Veilleur sur Sweet-dreams (suspendu)
Annie (suspendu)
Becassine (suspendu)
Manouch (suspendu)
Hylst
Funambule (suspendu)
Ode (suspendu)
Zelia
Elfe-en-moi
Ezekiel
Ezekiel-Kentin (suspendu)
Liloupop
Calimera (suspendu)
Kyra
Titine dessinatrice
Nélie
Babao
Abyssia
Bubblegum
Chrysalide
Melpomène (suspendu)
Bubblegum
Bouclette-Charnel
Armony
Gribouillon (suspendu)
Els (suspendu)
Lueur
Lueur (suspendu)
Nothing more
Pierre Desiles
Elfe Magique (suspendu)
Petit Renard
Enya (suspendu)
Tchenrezi
Era
Cassy
Geisha (suspendu)
Nolann
Anonyme-76
Katja
Nbishop
Caramba el Mundo
Feerange
Destinee (suspendu)
Rêves de Destinee (suspendu)
Nora
Nephtys
Frenegonde (suspendu)
Lissadell (suspendu)
L'ombre de cette fille
Soleil en manteau de neige
Soleil en manteau blanc
Epsilon
Rose-blanche
Lunaire (suspendu)
Pierrot le ouf
Sibylle
Sibylle (suite)
Piou
Cécile (qq années après)
Zoublitou
Zoublitou (suite)
Zoublitou (suite)
Cathy-
Jean-Jacques
Petit-Demon (suspendu)
Drink
Tigraque
Barbara
Entre-nous (suspendu)
Angel
Nemesia
Sansvie
Elfe Bleue (suspendu)
Lain
TitedhelFairy
Aliena (suspendu)
Newton (suspendu)
Myel
Estrella (suspendu)
Earane-seregon (suspendu)
Indrae
Indrae (suite)
Boîte à z'images (suspendu)
Dark-ever
Lisenn (suspendu)
Norwanaelle
No future
Alkhazar
Alkhazar (suite) (suspendu)
Zakath Nath
Anelfe
Marggie
JessicaH (suspendu)
Absurdus
Eurydice
She
Mistigrise (suspendu)
Kachoe (suspendu)
Sillan (suspendu)
Nanarie (suspendu)
Pierre de Lune
Color
Moyimiya (suspendu)
Parasitemort (suspendu)
Ophelia
Elfe de lune (suspendu)
Nouvelami (suspendu)
Glace (suspendu)
Torm (suspendu)
Pitseleh
Aphone
Bluedragonfly (suspendu)
Plog
Mr Freeze NEW

* *

Jouebs collectifs

Venus Beauty Institute
C'est-tout-com
Enigmatique
Murmures
La Marelle aux rêves (suspendu)

* *

Canalblog

Vendredi (suspendu)
Elle & Lui
Dess
Era sur Canalblog
Lissadell
Facettes
Abstruse
Epitaphes Lunaires (suspendu)
Mllevie
Altrast

* *

Haut et fort

Les moutons d'Addy (suspendu)

* *

U-blog

Alecska
Phérine
Titine
Backdoor
Teïdy Lou (suspendu)
Le Journal de l'autre
Au pays des loups
LounaB (suspendu)
Tsunami (suspendu)
Ficelle
Fougère
Amantia (suspendu)
Blogsphère
Petit pétale de dahlia (suspendu)
Darkpsy (suspendu)
Eavane (suspendu)
Boule de neige

* *

20six


Nikko
Pak (suspendu)
Blackvador
Antistar
Lissadell
Alaïyarasi (suspendu)
Des moments Com'ça (suspendu)
Fee Gaelle (suspendu)
Edge of Raven

* *

Blogger

Etolane
Human Target
Captain Navarre
Psychedel33t
Deeler (suspendu)
La Chambre noire

* *

Over-blog

Paris-Brest
Alyson

* *

Skynet blogs

Angel-Newborn (suspendu)
Esprit Immortel
Alkiragaiia
Lonewolf
Sparkling Angel
Conscience
Le Doge

* *

Blogs indépendants

Alecska
Alecska.net
Nikko
Msiou
Phérine
Aesthyn
OrangeFruit (suspendu)
Clarisse
Le Coeur Funambule
Addy (suspendu)
Addy (suspendu)
L'inconnu du métro NEW

* *

Bd blogs et Picto blogs

Paprika
Petit pétale de dahlia

* *

Deviantart

Alecska
Sibylle
Funambule

* *

Sites perso

Carole Baudoin
Boule de Neige

* *

Sites perso

Favoris
Autour de l'imaginaire

(Les sites de mes cousins)

La Tannière de la Licorne
Terres de Jeu

*

Miss Mopi
Forêt des Songes
Le Fantastique.net
La fée dans la bouteille
Meluzine
Vox Imagina
Forum Au Royaume des Fées
Forum La Forêt Celtique
Duirwaigh
Le Bois d'Aelinel
Forum Arpentes et Songes

Editions de l'imaginaire

Au bord des Continents

Mais où est mon papa ?
Je ne sais pas si j'arriverai à écrire ce soir, des maux de tête comme je n'en ai plus eu depuis longtemps me vrillent le crâne. Je n'ai pas besoin d'en chercher la cause : je ne crois pas qu'il y ait pire moment dans mon existence que celui-ci.

Mon père a fait une rechute de son cancer et va mourir, peut-être dans une semaine, peut-être dans deux, ou dans un mois, deux, pas plus certainement. Je le sais, on me l'a dit, je le sens, je le vois mais je le refuse autant qu'il m'est permis de le faire. 

Chaque jour il s'affaiblit, imperceptiblement, mais il est là, nous sourit, espère, malgré tout, même si au fond de lui il sait, parce que sa nature ne lui permet pas de renoncer, d'envisager même une suite dont il ne serait pas l'acteur. Et nous non plus d'ailleurs ... parce que mon père c'est le pilier d'une famille de 7 frères et soeurs, l'aîné, le repère, celui qui a toujours tout assumé. Toujours une solution aux soucis matériels, toujours égal à lui-même, solide, assuré et fiable. Honnête comme peu d'hommes, non pas parce que c'est mon père, mais parce que c'est vrai : il ne sait pas mentir, pas médire, pas tricher, il vit, aime et donne simplement, parce que ça va de soi pour lui.

Mon père c'est notre sécurité, notre assurance que rien ne peut arriver de bien grave tant qu'il est là ... tant qu'il est là ... mais comment pourrait-il ne plus l'être ? Comment ? Ne plus se tenir sur le pas de la porte d'une maison qu'il a construite de ses mains des fondations jusqu'aux charpentes ; ne plus compenser la nature passionnelle de ma mère avec son pragmatisme ; ne plus être le point fixe dans une famille fragmentaire ; ne plus être là ...

Je n'arrive pas à pleurer, pas encore, je mange tout : les attitudes des autres ; les stupides, les maladroites, les absentes, les colériques, les anxiogènes, les lunatiques, les exigeantes, les catastrophistes. J'absorbe parce que je peux le faire, parce que je dois le faire, parce qu'il n'y a personne d'autre qui le fera à ma place.

Maintenant je sais ce que c'est de discuter, sourire, rire, jouer avec quelqu'un qu'on aime profondément et à qui on ne peut pas dire la vérité, celle qu'on refuse mais qui s'impose, celle à laquelle on oppose une croyance abstraite en des miracles. Mentir par amour, le mensonge comme marque d'un amour profond, viscéral, pour préserver cette lueur d'espoir, ce sourire à durée limitée. Chaque fin de journée cueillir ce sourire en agitant la main lorsque la porte d'hôpital se referme, et s'en nourrir autant qu'on s'en meurtrit, le ranger à côté des derniers souvenirs qu'on collectionne précieusement.

Chaque matin je me lève, plus épuisé qu'en me couchant, avec un poids au coeur, un noeud au ventre, en me demandant si mon père s'est endormi pour toujours ou si je vais le revoir dans sa chambre blanche, assis dignement, dodelinant de la tête mais avec un sourire qui s'illumine quand on arrive, moi, ma mère ou mon frère. Il ne reste plus que nous trois, une fois les amis remerciés, la famille confinée et les importuns éloignés. Nous trois pour emplir des heures avec pas grand chose, des mots calmes, légers qui fardent les murs blancs et la cruelle issue.

Avant il y avait la souffrance, terrible, insoutenable, qu'il s'infligeait, supportait, pour ne pas devoir prendre d'anti-douleurs et sombrer dans une semi-somnolence. Chaque mouvement, chaque effleurement, chaque infime instant étaient emplis d'une douleur inimaginable, celle d'un organisme qui s'effondre de toutes parts, en lutte contre lui-même. Et la morphine a fini par venir, à la rencontre du seuil de douleur tolérable par le corps médical, et avec elle la somnolence, les absences, les heures de sommeil et un ralentissement généralisé de la perception des cinq sens.

De quoi demain sera fait ? Peut-être d'un coma profond, définitif, imminent ... le seul problème que mon père n'aura pas pu résoudre dans sa vie ...

On peut avoir 10, 30 ou 60 ans, perdre son papa c'est perdre une partie d'enfance, une partie de soi, c'est ressentir un vide que rien ne sait combler. Chaque jour m'enlève le mien, et je souffre de m'y habituer ...

Je n'arrive plus à écrire, j'ai trop mal à la tête, j'ai besoin de sommeil pour faire des parenthèses dans cette période irréelle et cruelle que je ne peux pas souhaiter voir finir parce que sa fin signifierait que demain je n'aurai plus le sourire de mon papa, ni après-demain non plus ... jamais plus ...

Ca y est, je sens les larmes qui me viennent,
aurevoir ...




Prose de Songe, le Samedi 23 Novembre 2013, 04:01 dans la rubrique "Journal fragmentaire ...".

Commentaires :

alberto
23-11-13 à 12:42
Bien avec toi mon cher, je partage ta souffrance.

 
Songe
28-11-13 à 14:17
Merci à toi Alberto !


 

Version  Xml 

Modèle de mise en page par Songe.


Subscribe with Bloglines